08 janvier 2018

DIMANCHE 7 JANVIER 2018 : EPIPHANIE

Par un autre chemin
« Où est le roi des Juifs ? » Il n’y a pas de curiosité dans ces mots des mages venus d’Orient, il y a sans doute de l’impatience, mais surtout, une belle et grande fidélité qui s’exprime. Le projet de Dieu, la promesse de Dieu sont en train de s’accomplir. Venus des extrémités de la terre, les mages ont marché, des jours et des nuits. Certes, ils ont fait confiance à l’étoile qui les guidait, mais, davantage encore, ils se sont appuyés sur la parole de Dieu, la laissant orienter, réorienter leur vie et leurs pas : « De toi, Bethléem, sortira un chef qui sera le berger de mon peuple. » Ils ont cherché l’enfant de la promesse, découvrant que Dieu ne s’impose pas mais qu’il se révèle dans la faiblesse d’un nouveau-né. Un monde nouveau commence : Dieu veut que tout homme soit sauvé. Tout commence avec une étoile, à Bethléem.
À l’enfant-Dieu, à l’enfant-Roi, les mages apportent des présents qui disent déjà beaucoup de ce qui attend ce nouveau-né. L’or honore le roi, l’encens honore Dieu, la myrrhe annonce déjà la mort. Des cadeaux qui disent combien les mages reconnaissent, en l’enfant de Bethléem, le roi d’un royaume à nul autre pareil. Les mages repartent par un autre chemin, comme pour nous indiquer que toute rencontre avec Dieu nous conduira à prendre de nouveaux chemins. Les mages nous indiquent la direction à prendre : un chemin autre, un chemin qui doit nous conduire là où Dieu le voudra. Un chemin pour vivre l’Évangile et le porter à des frères en quête de lumière et d’espérance. Peu importe qu’ils soient au seuil de notre maison ou aux extrémités de la terre. Tout homme doit se savoir aimé de Dieu, sauvé par Dieu.
Père Benoît Gschwind, assomptionniste

Aucun commentaire: