31 décembre 2017

DIMANCHE 31 DECMBRE : LA SAINTE FAMILLE

Sainte patience de nos familles
Chaque famille porte la trace de l’histoire sainte que Dieu tisse patiemment avec les hommes. Abraham et Sarah patientent longtemps avant que ne se réalise leur espérance d’avoir un enfant. Leur foi au Seigneur de l’Alliance est la brèche qui leur ouvre une descendance aussi nombreuse que les étoiles. Ils sont aujourd’hui les « parents » d’une multitude de croyants. Syméon et Anne sont en quelque sorte leurs « enfants ». Leur fécondité, nourrie aussi par une longue attente, n’est alors pas généalogique mais prophétique. Au soir de leur vie, s’approchant de l’enfant Jésus, ils proclament la gloire de Dieu et un salut pour tous les peuples. Marie et Joseph les écoutent avec étonnement. Tout est allé si vite pour ces derniers, depuis que l’ange a fait irruption dans leur famille. Leur disponibilité à la parole du Seigneur ne fait pas tout, il faut du temps pour comprendre ces événements : comprendre la sainteté de l’enfant né dans la virginité, comprendre la prophétie de sa mission messianique pour le peuple, comprendre l’histoire de leur propre famille par laquelle Dieu, à Nazareth, prépare son Fils… La Sainte Famille, déjà comblée de toutes grâces avec la naissance de Jésus, doit aussi cultiver la patience. C’est ainsi que l’enfant peut grandir et se fortifier. Jésus, Marie et Joseph nous aident à vivre patiemment la croissance de Dieu dans nos histoires familiales. Une manière très simple de nous sanctifier est alors d’écouter avec eux les paroles de Syméon : il accueille Jésus, un enfant, comme venant de Dieu. Sa prière nous illumine chaque soir, aux complies, avant d’aller nous coucher. Seul, en couple ou avec des enfants, elle conclut notre journée par une bénédiction.
Père Nicolas Tarralle, assomptionniste
dans Prions en Eglise décembre 2017

Aucun commentaire: